Quelle activité adéquate pour un chauffeur VTC ?

Aujourd’hui, l’activité de chauffeur VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) exercée dans le cadre d’une entreprise connaît un grand succès. L’exemple parfait pour illustrer cela est l’entreprise Uber. Cette activité permet à de nombreuses personnes de gagner un revenu supplémentaire ou de travailler à temps plein sans les lourdes contraintes de l’activité de chauffeur de taxi. Cependant, avant d’exercer cette activité, les futurs conducteurs VTC doivent choisir la forme juridique la plus appropriée pour leur activité.

Quelle est la forme juridique adéquate pour l’activité d’un chauffeur VTC ?

En fonction des besoins du futur chauffeur VTC, choisir le statut d’auto-entrepreneur peut être la meilleure solution. Le principal avantage de ce statut concerne le chiffre d’affaires. En effet, l’auto-entrepreneur paye les impôts et les cotisations en fonction de son chiffre d’affaires. Cela signifie que si son chiffre d’affaires est nul, il ne paie ni impôts ni cotisations. De plus, l’auto-entrepreneur peut réduire ses charges et ses cotisations sociales grâce à l’ACRE et aux aides que lui confère le statut micro-fiscal.

A découvrir également : Conduire une voiture sans permis : le permis nécessaire

Le statut d’auto-entrepreneur est donc idéal pour ceux qui conduisent occasionnellement, par exemple pour compléter leur salaire, et pour tous ceux qui commencent une nouvelle activité. Cependant, comme toute chose, il comporte aussi des inconvénients. Avec le statut d’auto-entrepreneur, il n’est pas possible de déduire les dépenses professionnelles des charges fiscales et sociales. Cela a pour conséquence la réduction des bénéfices ou des revenus nets. Aucune TVA n’est récupérée par l’auto-entrepreneur, et le chiffre d’affaires ne peut dépasser 176 200 euros par an. Au-delà, le statut doit être modifié.

L’entreprise individuelle comme alternative au statut d’auto-entrepreneur

Le chauffeur VTC peut également choisir de créer une entreprise individuelle. Dans ce cas, la base des bénéfices imposables et des cotisations sociales est déterminée par le montant réel après déduction de toutes les charges. Le chauffeur VTC devra payer des cotisations sociales au RSI et des primes minimales peuvent s’appliquer même si leur chiffre d’affaires est nul.

A voir aussi : Comment obtenir une facture de péage sur autoroute ?

Vous l’aurez donc compris, le statut de l’entreprise individuelle n’est intéressant que si vous avez la certitude de réaliser un chiffre d’affaires conséquent. Très souvent, cela n’est pas possible en début d’activité, c’est la raison pour laquelle la plupart des chauffeurs VTC préfèrent débuter avec le statut d’auto-entrepreneur, quitte à changer de statut plus tard.

Enfin, de nombreux chauffeurs VTC préfère créer leur entreprise lorsqu’ils commencent leur activité. En effet, cela leur permet d’embaucher d’autres chauffeurs ou de les réunir dans une même entreprise afin de partager les moyens de travail. Le chauffeur VTC qui souhaite créer son entreprise a le choix entre le statut d’auto-entrepreneur ou créer une entreprise individuelle. La première option est idéale en début d’activité, et la seconde est avantageuse lorsque le chiffre d’affaires est énorme.

à voir

Quel code pour 125 ?

Pour toute catégorie de véhicule, il existe une formation particulière donnant accès au permis. Ainsi, grâce au permis A1 appelé permis 125, les usagers peuvent ...